Groupe de Caen de la Fédération Anarchiste.

http://facaen.zeblog.com/

Calendrier

« Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

facaen

Blog du groupe de Caen de la fédération anarchiste. FA Caen.

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Le Monde libertaire # 1490 du 18 au 24 octobre 2007

Par facaen :: 17/10/2007 à 14:46
Une couv hideuse une fois de plus...                     





Le Monde libertaire # 1490 du 18 au 24 octobre 2007

Hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à l'Internationale des
Fédérations anarchistes


« Avec mon salaire, ils se payent ma tête. »

Jacques Prévert

Sommaire du Monde libertaire # 1490 du 18 au 24 octobre 2007

Défendre nos retraites, par Voie libre, page 3

Un réactionaire sans complexe, par P. Pasek, page 4

Le Bonhomme libre reprend le taf, par un peinard, page 5

Un volatile dégeulasse, par F. Ladrisse, page 5

Quelques brèves, pages 6

Assedic-Anpe , un autre front, par Stef, page 7

Une gauche radicale collabo, par le groupe Vivre libre !, page 8

Flicage patronal … mode de dés-emploi, page 9

L’élève Nicolas fait le coq, par la teigneuse, page 10

École démocratique au Brésil, interviouv par H. Lenoir, page 11

École libertaire au Brésil, par H. Lenoir & F. Codello, page 14

Bientôt le retour du triangle rose, par la fiote noire et Hélène, page 16

La gauche italienne manifeste contre elle-même, page 17

Du Moyen Âge à la modernité … et retour, par N. Potkine, page 18

La guerre d’Algérie, c’est pas du cinéma, par M. Topé, page 19

La retraite sans flambeaux, par J.-M. Raynaud, page 20

Vie du mouvement, page 21

La plus belle des radios, page 22

L’agenda des plus beaux, page 23


L'éditorial :
Éditorial
SANS VERSER DANS LA GRANDILOQUENCE, nous pouvons affirmer avec certitude
qu’une page singulière de l’histoire politique et sociale de notre pays
est en train de se jouer aujourd’hui.

En effet, jamais depuis longtemps l’immense majorité des travailleurs de
l’Hexagone n’a été soumise à des agressions aussi violentes que celles qui
sont perpétrées par le patronat et ses zélés larbins du gouvernement.

La liste est tellement longue qu’une page entière ne suffirait pas pour
les recenser toutes. Néanmoins citons-en quelques-unes : dépeçage en règle
du Code du travail, escroquerie sur les heures supplémentaires, franchises
médicales, coupes claires dans les effectifs de la fonction publique,
stigmatisation accrue des chômeurs, etc.

Le feu roulant des batteries du patronat et de ses domestiques déverse en
continu une pluie d’obus sur nos têtes. Aujourd’hui, au nom de l’équité,
mot prostitué par tous ces salopards, les plus grosses pièces sont
pointées sur les régimes spéciaux de retraite. Exagérerions nous en usant
de métaphores guerrières? Alors prenons connaissance d’une déclaration
récente du bull terrier de l’Élysée reprise dans le numéro 4537 du Canard
enchaîné : « Si les syndicats veulent l’épreuve de force, je suis prêt,
s’est-il écrié. Deux mois sans train, eh bien! Ce sera deux mois sans
train. Ou plutôt deux mois sans les cheminots. Moi j’imposerai le service
minimum, avec l’armée s’il le faut. »

Xavier Bertrand, le bougre, propose aux syndicats de jouer aux aides
artificiers pour l’aider à désintégrer notre régime de retraite. Pour
amortir le choc de la déflagration, l’animal propose aux uns et aux autres
de discutailler…sur les notions de pénibilité par exemple. Le stratagème a
beau être grossier il y a hélas fort à parier que quelques finauds
jureront, la main sur le coeur, qu’il faut négocier un aménagement de la
peine.
Les masques tomberont bientôt ! Ici les complices directs ou indirects du
gouvernement et de la direction ne pourront guère continuer à donner le
change. Là, d’autres seront mis au pied du mur. Car, pour ces derniers
l’alternative est simple : soit ils mettront rapidement le paquet pour
élargir le mouvement à l’ensemble des travailleurs, soit ils continueront
à exhiber leurs biscotos tout en se gardant bien de les utiliser !

La scansion bruyante et réitérée du « Tous ensemble » aurait le parfum
éventé de la nostalgie (et l’inefficacité qui va avec), si nous ne savons
pas concrètement la propager chez tous les travailleurs autrement que sous
forme de beau slogan.

Les coups de sifflet servent à donner le départ des trains, mais
rendons-les impuissants à nous diriger vers des voies de garage.

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://facaen.zeblog.com/trackback.php?e_id=261990

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Groupe de Caen de la Fédération Anarchiste. - Blog créé avec ZeBlog